Accueil > L’ACIREPh > Positions publiques > Communiqué sur le calendrier des épreuves de spécialités du baccalauréat (...)

Communiqué sur le calendrier des épreuves de spécialités du baccalauréat 2023

lundi 10 octobre 2022, par Acireph

Le Ministre de l’éducation a annoncé maintenir la tenue des épreuves de spécialités pour la session 2023 du baccalauréat du 20 au 22 mars 2023. Ce calendrier ne vise qu’un objectif, non pas de formation mais de sélection : que les notes obtenues par les élèves à ces épreuves puissent être prises en compte par la procédure Parcoursup.

L’ACIREPh dénonce cette anticipation des épreuves terminales du baccalauréat, qui ne répond à aucun objectif pédagogique, mais nuit au contraire à la formation intellectuelle des élèves : en multipliant les évaluations dans le cadre du contrôle continu et avec ces épreuves de spécialités anticipées en mars, les apprentissages ne peuvent se dérouler sereinement et professeurs comme élèves se trouvent acculés à traiter les programmes dans l’urgence, sans pouvoir affronter les difficultés ni approfondir ce qui doit l’être. L’abondance des différentes échéances conjuguée au poids de Parcoursup, dont l’ACIREPh a dénoncé l’opacité et les procédures discriminantes, augmente très sensiblement le stress des élèves à l’égard de leurs notes, qui ne sont plus guère vécues dans leur fonction formative, mais exclusivement sommative. Les professeurs subissent de plein fouet cette intensification de l’anxiété relative aux notes, de la part de leurs élèves et de leurs parents.

En donnant la priorité à Parcoursup sur la qualité des apprentissages menant au baccalauréat, le Ministre achève d’affaiblir la valeur de ce dernier comme diplôme national garantissant un égal accès aux études supérieures.

L’ACIREPh demande, à l’unisson des autres associations de professeurs, que les épreuves de spécialités aient lieu au mois de juin 2023.